mardi 14 avril 2009

Artracaille et calembour

Le papiste priapiste prie sa pisse de passer par un canal différent,
de peur que sa sainte miction capote
.

8 commentaires:

mcb a dit…

Suite au jeu littéraire de Jean, l'original est un excellent cru, saura-t-on l'égaler ?

"...Miction qui n'a d'égale
Que d'extrêmes sanctifictions
Données, par égarement ?
A d'obscures sommités
Redonnant vie à des pratiques
Secrètes mais non sacrées
De calotins engendrés
Par hasard ou nécessité,
Capote censurée,
De semences égarées,
Dans le Néant
De la pensée."

M. a dit…

Pas mal, Marie-Christine ! C'est de ton cru, si j'ose dire ?
Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole. Victor HugoMais nous ne sommes pas obligés d'écouter ce vieux con...

Jean

mcb a dit…

Un cru de la côte du Rhône, dans la composition duquel la fiente occupe une part essentielle.

comment mets-tu le texte en gras ou italique ??

patdumez a dit…

C'est bien comme ça ! Ne sois pas déçu Jean !
Un cadavre esquis démarre quand c'est jolie et en bonne compagnie ...
Unis quoi !?

Ce mec me débecquete...
Perso, j'ai pas envie d'en rajouter sur son compte... c'est trop d'honneur

patdumez a dit…

La papesse ( car tu sais qu'il y a eu une papesse ) préservait ses fesses des caresses d'une jeune chanoinesse.

Hors sujet
mais ça le fait

mcb a dit…

"Un cadavre es(x)quis démarre quand c'est joli(e) et en bonne compagnie ...
Unis quoi !?"

Merci pour la "bonne" compagnie, j'apprécie.
Restez donc entre vous, unis et bien serrés, surtout ne vous mélangez pas, c'est encore et toujours à la mode dans certaine société actuelle.
Perso j'opte pour le métissage, la vie, quoi !

Bien à vous,

M Christine Béguet,
pas anonyme

patdumez a dit…

Madame, mcb, Vous ne m'avez pas comprise !
... je répondais à Jean, car il a "chuigné" en direct (dans le poste), que personne (a part vous) ne l'avait suivi sur cette pente !

Ho et puis zut !!!!

Je vous prie de continuer a corriger mes fautes d'orthographe ... (alsjeblieft)
patdumez

ma ké c'est mcb a dit…

Ah bon... pas évident, suivant les tournures de phrases de chacun, des fois, j'y pige que couic.

schimilblickckckck ?

Des fois ça m'énerve, les fautes, et là j'me suis laissée aller, s'cusi, M'dam, j'le ferai plus.

Toujours pas anonyme

Et bonne journée !